Vous utilisez un navigateur obsolète !

L'affichage de la page peut être incorrect.

Fausses idées et antivirus

Антивирусная неправда

D'autres publications de cette rubrique (17)
  • Ajouter aux favoris
    Ajouter aux favoris

A-t-on besoin d'un antivirus sur Mac ?

Lu par: 6969 Commentaires: 0 Cote de popularité: 0

jeudi 11 mai 2023

Mythe : Vous n'avez pas besoin d'un antivirus sur votre Mac

« J'ai un Mac, je n'ai pas besoin d'antivirus » est une phrase que l’on entend encore souvent.

Auparavant, on pensait que les ordinateurs macOS étant moins courants, cela signifiait que les virus ne le menaçaient pas, notamment parce que cela ne devait pas être rentable pour les cybercriminels. La société Apple elle-même assurait que ses ordinateurs étaient complètement protégés et ne pouvaient pas être infectés par des virus, comme le dit explicitement la publicité sortie en 2006, " Get a Mac. Virus ". Apple considère toujours ses produits comme extrêmement résistants aux infections, notamment parce que le système est bâti de manière sécurisée. Parlant en 2022 de la nouvelle fonctionnalité de mode de verrouillage, la société a souligné que ce mécanisme constituait une protection « contre des cyberattaques extrêmement rares et complexes » et que « la plupart des utilisateurs ne sont jamais exposés à des menaces de cette nature ».

Cependant, c'est une idée fausse. En fait, il existe des virus ciblant macOS — et ils ont toujours existé.

Les premiers virus ciblant les ordinateurs Apple

Le premier virus informatique est apparu en 1982 — et il a été écrit spécifiquement pour les ordinateurs Apple II. Il s'appelait Elk Cloner, il a été créé par Richard Screnta, âgé de 15 ans. Le virus n'a pas endommagé le système — il ne faisait qu'afficher aux utilisateurs un tout petit poème tous les 50 démarrages. C'est ElkCloner qui est entré dans l'histoire comme le premier programme s’auto-propageant.

Par la suite, des virus vraiment dangereux ont été développés. Le virus nVIR, apparu en 1986, provoquait des dysfonctionnements des Mac, il empêchait le lancement d'autres applications et émettait des sons en affichant le message " Don't panic " (Ne paniquez pas !) à l'écran. Le virus Sevendust (également connu sous le nom de "666") détruisait complètement tous les enregistrements du disque dur Mac en laissant un fichier appelé "666" dans le dossier Extensions.

Avec la transition des ordinateurs Apple vers le système d'exploitation macOS, d’autres virus encore sont apparus. En 2006, le premier virus ciblant macOS, OSX/Leap-A, a été repéré, ce dernier supprimant tous les fichiers du disque dur. 
En 2012, l'une des plus grandes infections d'ordinateurs sous macOS a été enregistrée. Le cheval de Troie Flashback enrôlait alors plus de 600 000 mac dans un botnet, ce qui représentait à l'époque plus de 1% de tous les ordinateurs Apple. L'envergure de « l'épidémie » était rapportée par le laboratoire de Doctor Web à la société Apple afin que ses développeurs puissent corriger la vulnérabilité du système. A cet époque, les experts notaient qu'un tel volume d'infections indiquait que le nombre d'utilisateurs de Mac avait atteint une « masse critique ». Au fil du temps, l'intérêt des auteurs de virus pour cette plateforme ne fera que croître.

Virus ciblant macOS aujourd’hui

En février 2023, la part de marché mondiale de macOS était de 16,26%, par rapport à 2012, elle a plus que doublé. Il convient de noter que les ordinateurs Mac sont souvent choisis par les développeurs et les cadres supérieurs, ce qui rend ce système plus attrayant pour les attaquants. L'espionnage ciblé et la supply chain sont les deux cibles les plus courantes pour les attaques sur macOS.

La tendance la plus courante dans l'écriture de virus modernes est l'utilisation de mécanismes d'attaque multiplateforme, en effet, de plus en plus de cybercriminels utilisent des langages de développement tels que Go (un langage de programmation créé par Google). Cela leur permet d'attaquer les ordinateurs quel que soit le système d'exploitation utilisé par la victime. Les utilisateurs et les entreprises qui utilisent macOS deviennent donc des cibles aussi « intéressantes » pour les attaquants que les utilisateurs de Windows et Linux, les OS plus populaires.

Les virus écrits spécifiquement pour les ordinateurs Apple sur les nouveaux processeurs M1 représentent un défi de sécurité particulier. Le code de ces virus, initialement compatible avec l'architecture M1, n'est pas toujours détecté par les antivirus comme malveillant, ce qui rend les utilisateurs de macOS particulièrement vulnérables aux attaques.

Y a-t-il une protection sur le Mac lui-même et a-t-on besoin d'un antivirus externe ?

Les Mac possèdent en effet un système de sécurité, qu'Apple décrit comme « fournissant une protection conformément aux bonnes pratiques contre les virus et les logiciels malveillants ». De quoi s'agit-il ?

Tout d'abord, un service d'assurance spécialisé avertit les utilisateurs du lancement d'un logiciel non certifié et lui demande toujours sa confirmation. Deuxièmement, le programme Gatekeeper empêche le lancement des logiciels malveillants. Troisièmement, le système antivirus XProtect détecte et bloque le fonctionnement des logiciels malveillants et les élimine du système de l'utilisateur. Ensemble, ces outils devraient, comme le prétend Apple, protéger pleinement l'ordinateur.

Cependant, cette particularité de macOS — l’impossibilité d’exécuter du code à l'insu de l'utilisateur — a ses limites, parce que l’utilisateur peut jouer un rôle dans une contamination de son ordinateur. Il est plus facile de tromper une personne humaine qu’un système, et les chevaux de Troie existent pour cette raison : ils se cachent derrière d'autres programmes et fichiers, et l'utilisateur active lui-même des logiciels indésirables ou malveillants. Et comme les utilitaires de macOS sont souvent téléchargés sur des sites non identifiés (qui peuvent être pirates) et pas uniquement sur l'App Store officiel ou ben sur des sites de développeurs officiels, le danger d’infection existe toujours.

Le projet Lumières sur la sécurité recommande

Doctor Web conseille fortement de ne pas négliger la protection des Mac. 
Dr.Web Antivirus pour macOS analyse tous les fichiers sur votre Mac et vous protège contre de nombreuses méthodes d’infection. Essayez-le ! Version démo Dr.Web Security Space pour macOS. L'antivirus ne ralentit pas votre ordinateur et offre une protection fiable en temps réel.

#OS_X #mythe

[Twitter]

Nous apprécions vos commentaires

Pour laisser un commentaire, vous devez accéder au site via votre compte sur le site de Doctor Web. Si vous n'avez pas de compte, vous pouvez le créer.